Il manque une question ou un élément ? Une réponse est incorrecte ou pas assez précise ? Merci de nous le signaler par mail (contact@sol-violette.fr) ou en utilisant ce formulaire pour que nous puissions apporter une clarification 

Les monnaies complémentaires ont une longue histoire… Elles semblent avoir toujours été présentes en parallèle des monnaies officielles afin d’assurer l’équilibre économique. On en retrouve des traces en Égypte antique, au Moyen-âge ou plus récemment en Autriche suite à la crise de 1929. Il en existe de nos jours de tous types aux quatre coins du globe.
Une monnaie locale est une monnaie destinée à n'être échangée que dans une zone restreinte. Les monnaies de ce type sont également appelées monnaies complémentaires.

Elles ont de multiples objectifs :

  • Dynamiser l’économie locale et les échanges solidaires ;
  • Réinventer une économie non spéculative ;
  • Créer un outil d’éducation populaire visant à s’interroger sur la monnaie et à se réapproprier la monnaie ;
  • Aller vers un nouveau modèle de société basée sur des valeurs éthiques, sociales et environnementales.

Non, il y a des similitudes mais ça n’est pas pareil !

Un SEL est un Système d'Echange Local, c'est à dire avec de l'échange de produits ou de services au sein d'un groupe. Ses membres se basent en général sur une unité temps (1heure de travail), afin de réaliser des échanges égalitaires de biens et services, mais aussi de tisser des liens.

L’euro a son utilité, pour les échanges sur un espace économique étendu (l’Europe). Mais les devises traditionnelles ne sont pas au service du vivant et sont totalement déconnectées de l'économie « réelle ». Par exemple, plus de 95% des euros en circulation sont affectés à la spéculation financière ! D’autre part, les citoyens sont totalement dépossédés car l’Euro est créée à plus de 80% par les banques commerciales (en octroyant des crédits) ;

De plus, à l'heure où les crises financières se multiplient et s'aggravent, dépendre d'une seule monnaie fragilise notre système. En effet, de la même manière que la diversité est importante dans la nature pour en assurer la pérennité et la résilience, la diversité monétaire est importante pour notre économie.

 

Ainsi, la monnaie locale permet aux citoyens de se réapproprier cet élément essentiel dans nos vies qu’est la monnaie, et de décider en l’utilisant de participer à une économie plus locale, plus solidaire, et plus respectueuse du vivant.

Plus de 80 monnaies locales circulent début 2020 dans l'hexagone ! De plus, certains projets sont actuellement entrain d'émerger sur de nouveaux territoires.

Nos principaux objectifs sont de mobiliser les citoyens, de recréer du lien dans notre consommation, et de dynamiser les échanges locaux plus responsables. Or, cela n'est possible que sur une échelle réduite. C'est pourquoi cela a tout son sens que de nombreuses initiatives cohabitent et couvrent différents secteurs géographiques.

SOL pour Solidaire, et violette comme la fleur emblème de Toulouse !

Le Sol-Violette a été créé par des citoyens au cours d’ateliers participatifs dans le cadre du Forum de l’Economie Sociale et Solidaire (FRESS) à Toulouse en 2009 ;

De multiples acteurs en sont à l'origine : citoyens, professionnels ou encore hommes et femmes politiques intéressés par les circuits courts et l’ESS ;

Le lancement de notre monnaie a eu lieu pour un test 6 mois de mai à décembre 2011. Ce test a été reconduit et le Sol-Violette fonctionne maintenant de manière pérenne.

 

Le projet Toulousain est issu de rencontres et de discussions entre des citoyens décidés à agir en faveur du développement de l'économie sociale et solidaire. Le projet a réellement débuté en 2009 lors d’une assemblée populaire sur les questions de monnaie et de richesses organisée dans le cadre de la Quinzaine de l’Economie Solidaire. Des groupes de discussion ont suivi dans le but de réfléchir à l’éventualité de la mise en place d’une monnaie SOL à Toulouse.
Le projet a été présenté pour la première fois en réunion plénière en 2010. Les ateliers participatifs qui ont suivis ont réunis plus de 150 citoyens, prestataires de biens et de services, professionnels de la banque, élus de collectivités territoriales et simples citoyens, intéressés à l’idée de se réapproprier la monnaie à des fins éthiques. Le collectif s’est structuré petit à petit pour aboutir à la création d’une association : le Comité Local d’Agrément Sol (CLAS)
Le Sol-Violette a véritablement pris son envol après deux ans de réflexion au printemps 2011, grâce notamment au soutien financier de la Mairie de Toulouse, qui a mis à disposition de l’association l’essentiel des fonds nécessaires à son lancement et à son expérimentation (de mai à décembre).
Celle-ci s’est révélé un succès. Les citoyens se sont approprié le projet, le réseau s’est agrandi et les échanges en Sols-Violette se sont développés. D'abord mis en place dans trois quartiers de la ville (Grand Mirail, Rangueil et Centre-ville), le projet s’est peu à peu étendu à tout Toulouse puis à la région Toulousaine.

 

La monnaie locale toulousaine est également passée à un format numérique à l'été 2019. Il s'agit d'une application (il existe également une interface web) permettant des échanges dématérialisés de E-Sols.

Les coupons utilisés actuellement ne sont pas les mêmes qu'à l'origine du projet ! Ils ont en effet été ré-imprimé en 2018 à l'imprimerie Municipale de Toulouse.

Chaque visuel est issu d'un concours photo et d'un vote ouvert à toutes et tous.

Ainsi, des thématiques ont été fixées et chaque valeur de coupon correspond à l'une d'elles :

 

- 1 Sol-Violette : Lieux emblématiques de Toulouse

 

-  2 Sol-Violette : Solidarité et Lien Social

 

- 5 Sol-Violette : Arts et Culture

 

- 10 Sol-Violette : Transports doux et mobilité

 

- 20 Sol-Violette : Nature et environnement

 

- 50 Sol-Violette : « Votre » Toulouse

Non ! C’est un projet totalement citoyen : nous sommes constitué en association loi 1901 (le CLAS Sol-violette), et notre gouvernance est démocratique et horizontale. Tout le monde est d’ailleurs invité à participer activement à la vie de l'association, que ce soit au quotidien ou ponctuellement sur des événements.

 

Cependant, le projet a reçu dès le départ le soutien de la ville de Toulouse. Depuis quelques années et la mise à disposition d'un bureau/local à Bellefontaire, il s'agit uniquement d'un soutien financier reconduit annuellement et qui permet d'assurer notre fonctionnement (organisation d'événements, supports de communication, salariat). Ce soutien financier est en diminution constante.

D'autres monnaies locales réussissent à impliquer plus fortement les collectivités : adhésion à l'association porteuse du projet, possibilité de payer les services publiques, utilisation de la MLCC pour verser une part des indemnités des élus ou encore comme moyen de versement des subventions, etc.

Le CLAS Sol-Violette est l'association loi 1901 qui met en oeuvre le projet. 

Dans notre volonté d'implication des citoyens et de gouvernance démocratique, les adhérents (solistes, prestataires et partenaires) sont régulièrement conviés à des réunions plénières afin de réfléchir et valider les grandes orientations de notre monnaie. Depuis 2019, ces réunions sont organisées une fois par trimestre. Une Assemblé Générale Ordinaire est organisée chaque année afin de valider les bilans moraux et financiers, et d'élire des co-présidents qui seront les représentants légaux de l'association.

Une équipe de bénévoles animent le quotidien et assurent le pilotage. Ils s'appuient sur un ou des salarié(s) lorsque les finances le permettent, mais aussi régulièrement et sur des projets particuliers, sur des services civiques et/ou sur des stagiaires.

Bien sûr !

Nous accueillons avec plaisir toute bonne volonté pour faire avancer notre projet. Chacun/une est libre de s'investir de la façon dont il/elle le souhaite.

Si le Sol-Violette n'est pas présent dans votre secteur / commune, nous pouvons vous aider à y lancer une dynamique pour permettre la création d'un CLAS de proximité.

Contactez nous pour en savoir plus : contact@sol-violette.fr

Les Comités Locaux d’Agrément du Sol-Violette sont des groupes de citoyens qui font vivre notre monnaie locale dans leur commune/quartier en s’impliquant dans sa gestion et son développement, en participant aux décisions, etc.

Il s’agit de décentraliser au plus proche des territoires la gouvernance et le développement de notre monnaie locale citoyenne. Les citoyen-ne-s impliqué-e-s (Solistes, Prestataires, Partenaires) sont en effet les plus à même, localement, de faire vivre cette monnaie et d’aider à son rayonnement.

Nous encourageons également chacun d'entre eux à fédérer les énergies autour d'actions décidées collectivement, afin de mobiliser et de réunir les différents acteurs du projet. Cela peut se faire par exemple par la participation à des évènements dans la commune / le quartier pour parler du Sol-Violette, par l'organisaton de réunions ouvertes, par la sensibilisation de nouveaux prestataires, etc.

En 2019 et en 2020, l'équipe est constituée de 1 à 2 salariés (correspondant à entre 1 et 2 ETP / Equivalent Temps Plein). Ils sont régulièrement rejoint par des stagiaires, des services civiques ou encore des apprentis qui sont mobilisés sur des projets particuliers.

Depuis le début du projet (2011), il y a eu au mieux 4 salariés (3 ETP), mais aussi des périodes avec 0 salariés.

 

Cependant, ce sont principalement les bénévoles qui permettent le développement du projet, que ce soit par des coups de main ponctuels (évènements par exemple) ou par des implication plus durables (en participant à la gouvernance de l'association par exemple).

Tout d'abord, il est utile de rappeler qu'il n'y a aucunes commissions prélevées sur les échanges de Sol-Violette, y compris pour le format numérique !

 

Aujourd'hui, nous fonctionnons principalement à l'aide de subventions, dont la plus importante provient de la mairie de Toulouse. Nous pouvons ainsi assurer les différents coûts de fonctionnements, notamment la communication et le salariat. Cependant, cette subvention étant en constante diminution, nous avons pour projet de diversifier notre modèle économique. 

 

Ainsi, nous souhaitons que les adhésions représentent une part plus importante de notre budget, afin d'avoir un auto-financement suffisant pour nous permettre de monter des actions sur du long terme. Cela renforcera aussi l'appropriation de la monnaie par chacun/une. 

De plus, le Sol-Violette est déclaré d’intérêt général depuis fin 2016. Les dons à l’association donnent ainsi droit à une défiscalisation de 66% (particuliers) ou 60% (personnes morales).

Pour pouvoir utiliser la monnaie locale ou simplement soutenir notre projet, il est nécessaire d'adhérer à l'association. Cette adhésion est à prix libre et conscient, aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels !

Ces cotisations nous permettent de couvrir une partie (aujourd'hui minime) des frais de fonctionnement de l'association. Développer ce mode de financement nous permettrait de monter de nouveaux projets et d'intensifier le développement du Sol-Violette.

Oui. Le Sol-Violette ne peut être utilisé que dans la région Toulousaine auprès des prestataires de biens et de services agréés, mais si vous êtes régulièrement de passage cela vaut la peine. Si vous travaillez à Toulouse, vous êtes bien évidemment concerné-e-s.

Depuis 2011, plus de 3000 personnes ont adhéré à l'association, et ont ainsi soutenu notre projet !

Il est compliqué d’avoir des données plus précises : une partie des adhérents soutiennent le projet sans utiliser la monnaie, et une partie des solistes ne sont pas à jour de cotisation tout en continuant de réaliser des paiements en Sols-Violette … De plus, chaque profil d’utilisateur est différent : petits montants ou montants importants, usage régulier ou ponctuel, etc.

Pour obtenir des Sols-Violette, il faut nantir (= échanger) des euros, avec une équivalence de 1€ = 1 Sol-Violette. Ce nantissement est possible dans différents lieux, sur présentation de la carte d'adhérent, mais aussi de manière dématérialisée : 

  • Dans nos banques partenaires (Crédit Coopératif et Crédit Municipal Toulousain). Il n'est évidemment pas nécessaire d'y disposer d'un compte.
  • Chez des prestataires "comptoirs de change" (voir liste ici). Il faut faire la demande au niveau de la caisse. Ils réalisent le change à partir des Sols-Violette présents en caisse, il est donc possible d'être limité au niveau de la quantité et du choix de la valeur des coupons.
  • Directement auprès de l'association, soit à notre local à Bellefontaine (nous conseillons d'appeler ou d'envoyer un mail auparavant pour s'assurer de notre présence), soit lorsque nous tenons un stand lors d'événements.

L'application numérique permet également de nantir des euros directement sans avoir à se déplacer, par paiement avec une carte bancaire via un formulaire HelloAsso !

Heureusement non ! Lorsque vous nantissez des euros, vous transférez en fait des euros de votre compte courant vers le compte de l’association au Crédit Coopératif ou au Crédit Municipal, et plus précisément vers les livrets d’épargne solidaire de l’association Sol-Violette dans chacune de ces banques. Les fonds ainsi placés au Crédit Coopératif vont sur un livret « Epidore » qui finance des projets d’ESS sur le territoire. Au Crédit Municipal les fonds servent à financer des prêts à taux 0 pour des personnes en situation d’exclusion financière, à Toulouse. Un montant équivalent de Sols-Violette est automatiquement émis.

La convertibilité d’une monnaie locale en euros est tout d'abord une obligation légale.

Ensuite, choisir une équivalence 1 = 1 a un objectif de simplicité pour les prestataires du réseau. Imaginons que nous ayons décidé en Assemblée Générale que 1 Sol-Violette = 1,37 euro, cela aurait vite été compliqué pour tout le monde !

Il faut savoir que la loi nous oblige à conserver l'équivalent de chaque Sol-Violette en circulation. Pour correspondre à nos valeurs, les euros sont donc répartis sur deux types de placements : 

- Au Crédit Municipal, ils sont placés sur un compte qui sert à financer des micro-crédits à taux zéro pour des Toulousain.es exclu.es des circuits bancaires.

- Au Crédit Coopératif, ils sont placés sur un livret d’épargne « Epidore » qui finance des projets de l’ESS à Toulouse.

Dans ces deux cas, nous réalisons de la création monétaire : avec un euro, on place un euro pour financer des projets solidaires, et on a un Sol à utiliser dans une économie locale respectueuse des hommes et de l’environnement. Avec le Sol-Violette, 1 = 2 !

Non !

Ce qu'on appelait la bonification a pris fin suite à la décision de l'Assemblée Générale de janvier 2020.

Cependant, à chaque fois que vous nantissez des euros, nous mettons ces 5% supplémentaires de côté avant de les redistribuer à des personnes en situation de précarité.

Ainsi, avec 20€, vous obtenez 20 Sol-Violette, et en plus nous reversons 1 Sol-Violette dans le cadre de partenariats avec des structures de la solidarité !

Fin 2016, il y a 49 506 Sol-Violette en circulation.

Les projets de monnaie complémentaires se sont parfois effondrés après que des personnes malveillantes aient falsifié la monnaie. Les adhérents de l’association ont bien sûr pris en compte ce risque. Ils ont cherché un moyen efficace pour se protéger des tricheurs. Dès 2011, les coupons-billets ont été équipés d’une puce de manière à éviter les falsifications. Une entreprise de Montauban (Prooftag) a mis au point un système original consistant à emprisonner de façon aléatoire des bulles d’air entre des couches de polymères. L’image est enregistrée dans une base de données spécifique et un numéro de série est attribué à chaque coupon. Les Sols-Violette sont régulièrement scannés afin de vérifier que les coupons en circulation ont bien été édités par l’entreprise, mis à la disposition de l’association puis mis en circulation par les banques partenaires (Crédit Municipal et Crédit Coopératif). Jusqu’ici, aucune fraude n’a été détectée.

Il n’y a aucun risque que vos Sol-Violette n'aient plus de valeur !

Lorsque vous nantissez des euros, vous transférez en fait des euros vers des dépôts particuliers au sein de nos banques partenaires. Les Sols-Violette en circulation sont donc garantis. Ainsi, si l'association était dissoute et que la monnaie disparaissait, il suffirait d'aller au guichet du Crédit Coopératif ou du Crédit Municipal pour récupérer l'argent correspondant aux Sols-Violette que vous ramèneriez. Là encore vous n'aurez pas besoin d'être client chez eux.

Ces fonds de garantie sont placés sur des livrets solidaires. Au Crédit Coopératif ils financent des projet de l'ESS, et au Crédit Municipal ils permettent des prêts à des toulousains en situation d'exclusion bancaire. Ainsi, lorsque vous changez des euros en Sols-Violette, votre argent est "dédoublé" : vous gardez un pouvoir d'achat identique, et en même temps vous participez au financement de projets solidaires.

 Cependant, notre monnaie est dites fondante : voir question suivante.

Pour créer de la richesse sur notre territoire, la monnaie locale doit être échangée et circuler, et non être épargnée ou stockée. Un système incitatif, la "fonte", a donc été mis en place :

Si le coupon ne change pas de main pendant 3 mois, il perd 2% de sa valeur. Pour en assurer le suivi, il faut, lors de chaque transaction, indiquer la date du jour +3 mois dans les cases prévues au verso des coupons. Ils devront à nouveau être utilisé dans les 3 mois suivant pour garder toute leur valeur.

Par exemple, j'obtiens 50 Sols-Violette le 10 octobre 2019. J'indique alors la date du jour + 3 mois : le 10 janvier 2020. Si je ne les ai pas utilisés d'ici là, je n'aurai alors que 49 Sols-Violette.

 

Si cette fonte est peu appliquée sur la version coupon, elle sera bien présente sur la version numérique du Sol-Violette : à partir de l'été 2020, s'il n'y a pas eu de sortie de E-Sols dans les 3 mois, le solde du compte perdra 2% de sa valeur.

Vous n'avez pus qu'à dépenser vos sols pour soutenir l'économie locale !

En théorie, si la date des 3 mois est passée, le billet perd 2% de sa valeur. Il faut alors aller au Crédit Coopératif ou au Crédit Municipal pour échanger ce billet contre un nouveau billet (avec une nouvelle date du jour+3 mois) et payer les 2% ;

En pratique, parce que cela ne ne doit pas être un frein pour les solistes comme pour les prestataires, personne quasiment n'applique la fonte. Le fait que le Sol-Violette soit une monnaie fondante est surtout pédagogique ! Tous les utilisateurs doivent comprendre ce principe : la monnaie est faite pour s'échanger et non pour être thésaurisée. 

 

Le principe de fonte sera par contre appliqué systématiquement sur la version numérique à partir de l'été 2020, selon le principe présenté en réponse à la question précédente ! Une fois la date passée, vous avez à nouveau 3 mois pour faire circuler la richesse au sein de notre réseau de valeurs et de proximité.

Non, les Solistes ne peuvent échanger leurs Sols en Euros, ils doivent les utiliser !

Nous vous conseillons donc d’échanger une quantité d’Euros en Sols qui corresponde à vos besoins. Peut-être commencer avec un petit montant, le temps de déterminer une utilisation, pour ne pas avoir trop de sols ou se retrouver avec des Sols ayant dépassé la date de 3 mois.

Chez les prestataires qui font partie du réseau (environ 200 structures de différents secteurs d'activité).

La liste complète et une carte interactive sont à retrouver sur nos application ou sur son interface internet.

L'application numérique étant commune avec le Sol-Olympe, monnaie locale de Montauban et du Tarn et Garonne, il est aussi possible d'y dépenser vos E-Sols chez les prestataires qui acceptent ce moyen de paiement (cf carte interactive).

Il n'y a pas de types de prestataires particuliers, notre objectif est de permettre le réglement en monnaie locale dans un maximum de secteurs d'activités possibles afin qu'il puisse y avoir une réelle circulation. Ainsi, n'importe quel prestataire peut remplir un dossier d'agrément s'il veut intégrer le réseau, et être agrée s'il respecte la charte du Sol-Violette et ses valeurs : https://www.sol-violette.fr/charte/lister

Du côté de l'association, nous avons fait le choix de regrouper les prestataires au sein de grandes catégories (artisanat, alimentation, services etc.).

Actuellement (été 2020), plus de 150 commerçants/prestataires acceptent les paiements en Sol-Violette et/ou en E-Sol !

 

Près de 98% des euros en circulation sont destinés à la spéculation financière. Pour lutter contre la financiarisation de l’économie, on peut en soustraire ses euros, et échanger en Sols. Nos euros sont alors placés sur des comptes qui financent des projets solidaires (et ne vont pas à la spéculation).

Sous ses airs innocents, le Sol-Violette est un bulletin de vote grâce auquel nos échanges économiques acquièrent une conscience politique. Avec lui, nous sommes enfin en mesure de remettre l’économie au service de la vie et de ses nécessités. Nous pouvons décider de ce que nous voulons faire de notre argent. Nous démontrons que tout est encore possible et que la société dont nous rêvons est à portée de main si nous joignons nos forces.

Enfin en utilisant des Sol-Violette, on milite au sein d’un réseau d’acteurs engagés : c’est un acte citoyen !

Vendre en Sol-Violette, c'est avant tout une démarche d'engagement dans le projet de cette monnaie locale et solidaire. C'est accepter une monnaie qui circule sur un territoire, entre des acteurs et actrices de l'économie sociale et solidaire. Quand vous vendez en Sol-Violette, vous faites le choix de favoriser le bassin de vie et un territoire de valeur plutôt que la finance qui avale 98% de la masse monétaire de l'Euro ;

 

Vendre en Sol-Violette, c'est aussi intégrer un réseau. Le mécanisme de la monnaie locale favorise les collaborations entre les acteurs de ce réseau. En somme, vendre en Sol-Violette c'est s'ouvrir à une collaboration privilégiée avec l'ensemble des autres prestataires. Cela permet de dynamiser une économie respectueuse des êtres humains et de la nature.

 

Vendre en Sol-Violette, c'est encore se faire connaître auprès des tous les solistes. La liste de prestataires est régulièrement mise à jour et communiquée à l'ensemble des adhérents du Sol-Violette. C'est aussi un bon moyen, pour vous, de développer votre activité ;

 

Vendre en Sol-violette, c’est enfin participer à la transformation de l'économie par la monnaie. Ce n’est pas seulement un moyen de paiement. Il nous invite à nous questionner sur nos comportements : de production, de consommation, de vente et d'achat, d'échange... A travers lui s’exprime notre volonté d’agir en faveur d'un monde plus respectueux des femmes, des hommes et de la nature, un monde dans lequel chacun a sa place, un monde de justice, de solidarité, de liberté, de coopération.

 

Le Sol-violette est une monnaie citoyenne destinée à promouvoir les échanges éthiques sur la région toulousaine. Sorte de "label" de l'économie sociale et solidaire, le réseau est identifié par les consommateurs-trice-s responsables et favorise la coopération entre prestataires.

 

Pourquoi vendre en Sol-Violette, en 10 points clés !

  1. Le Sol reconnaît vos pratiques responsables et éthiques
  2. Le Sol fidélise les clients d’un réseau d’acteurs solidaires et respectueux de l’environnement
  3. Le Sol favorise votre image par son caractère innovant
  4. Le Sol affecte la monnaie à un circuit local en la retirant des marchés financiers
  5. Le Sol est complémentaire à l’euro car il compense sa rareté dans l’économie réelle
  6. Le Sol circule plus rapidement et donc favorise les échanges
  7. Le Sol est convertible et garantit en euro
  8. Le Sol désendette les acteurs économiques car ils ne payent plus d’intérêt pour sa création
  9. Le Sol investi dans le réseau par une contribution à l’épargne solidaire
  10. Le Sol est démocratique car ses acteurs gèrent collectivement son fonctionnement

Les prestataires qui reçoivent des paiements en Sol-Violette et en E-Sol ont différentes façon de les écouler :

  • Payer leurs fournisseurs qui font partie du réseau ;
  • Régler une partie des salaires en Sol-Violette si les salariés le souhaitent ;
  • Défrayer leurs bénévoles ;
  • Devenir comptoir de change ;
  • En dernier recours, ils peuvent ré-échanger leurs Sols en Euros auprès des banques partenaires. C’est ce qu’on appelle « la fuite ». Ils acceptent dans ce cas de payer des frais de 5% qui sont réinjectés dans le réseau par la mise en place d'actions solidaires. Cette dernière solution est, le plus possible, à proscrire. Tout le travail de l’association et des bénévoles est d’identifier les points de blocage de circulation pour éviter autant que possible la fuite.

L'application numérique permet en effet des réglements au centime près.

Cependant, il n’y a pas de centimes sur les coupons : la plus petite coupure est de 1 Sol-Violette...

Comme il ne peut pas y avoir de rendu de monnaie en euro sur des sols, il y a alors différentes possibilités :

- Faire l'appoint en euro (par exemple pour un coût de 4,65 : 4 Sol-Violette + 65 centimes)

- Compléter en euro et avoir un rendu de monnaie en euro (par exemple pour un coût de 4,65 : 4 Sol-Violette + 1 euro, et 35cts de rendus)

- Payer la totalité en monnaie locale et faire le choix d'arrondir pour soutenir encore plus la structure membre de notre réseau (par exemple pour un coût de 4,65 : 5 Sol-Violette, et il n'y a pas de rendu de monnaie).

Bien sûr ! même si la carte est nominative, les membres d’un même foyer peuvent quand même l'utiliser. Les prestataires de biens et de services ne vous demanderont pas de justifier votre identité.

Vous pouvez également utiliser un même compte numérique.

Si vous faites régulièrement vos courses de manière indépendante, nous vous invitons toutefois à adhérer à l’association à titre personnel. Vous contribuerez ainsi un peu plus au développement du projet : plus nous serons nombreux à adhérer à l’association, plus le Sol-Violette pourra prendre de l’ampleur.

NON, les Sol-Violette s’utilisent uniquement dans les commerces de notre réseau !

Le Sol-Violette n’est pas convertible avec une autre monnaie locale sous sa version coupon-billet.

Cependant, les E-Sol (numériques) sont utilisables à la fois au sein du réseau Sol-Violette mais aussi chez nos voisins du Tarn et Garonne (Sol-Olympe) auprès des professionnels qui acceptent ce moyen de paiement.

Oui, notamment au travers de 3 réseaux qui existent :

  • Mouvement-Sol : ce mouvement vise à soutenir le développement des monnaies SOL (temps, économiques...) en stimulant la coopération et la mutualisation des ressources entre les différents collectifs. Regroupe une trentaine de monnaies locales.
  • Réseau des MLCC : réseau d’échanges techniques sur les monnaies locales, d’échanges d’expériences et de mutualisation au niveau national. Regroupe une trentaine monnaies locales.
  • REMOC : réseau des monnaies locales Occitanie (échanges d’expériences, formations,…)

Nous avons aussi une proximité forte avec le Sol-Olympe, monnaie locale du Tarn et Garonne, qui donne lieu au développement de projets communes (nous avons par exemple la même monnaie numérique E-Sol).

Site réalisé solidairement par Ethic&it © pour la conception et l'équipe du Sol-Violette pour l'habillage
Site optimisé pour le navigateur libre Firefox avec une résolution minimum de 992 pixels en largeur