Nos objectifs

Le Sol-Violette est d’abord une monnaie citoyenne.Elle est pilotée par les citoyens, qui décident ensemble de ce qui est fait de la monnaie. Elle interroge notre rapport à l’argent et est l’opportunité de réfléchir à la manière dont nous commerçons et dont nous échangeons. Tous les adhérents du réseau participent à sa construction et à son développement.

lire plus

Le Sol-Violette permet de tisser des liens autour de valeurs qui nous rassemblent. Il permet d’engager le dialogue entre les producteurs et les consommateurs, entre les associations, les entreprises, les banques, les collectivités et les citoyens. La monnaie devient un prétexte à l’échange, elle suscite la rencontre au lieu de diviser. Les circuits courts sont valorisés et les acteurs du réseau ont la possibilité de se rencontrer et d’apprendre à se connaitre.

Le Sol-Violette alimente l’économie locale. Il passe de main en main et permet aux acteurs du bassin de vie d’échanger des biens et des services. Il circule plus rapidement que l’euro et génère de ce fait plus de richesses sur le territoire. Il contribue à la relocalisation des activités et à la satisfaction des besoins réels et immédiats des habitant-e-s de Toulouse.

Utiliser des Sols-Violette, c’est remettre la finance au service de l’économie réelle, restreindre les capacités à spéculer des marchés financiers et favoriser les banques éthiques. Pour chaque Sol-Violette en circulation, un euro est placé sur un livret d’épargne solidaire dans les banques partenaires du réseau. Cet argent est investi dans des projets d’économie sociale et solidaire et permet d’accorder des micro-crédits à des personnes en situation d’exclusion financière. En fin de compte, chaque Sol est un euro de perdu pour une spéculation mortifère et un euro de gagné pour une production éthique et écologique.

Le Sol-Violette, c’est un levier de développement pour l’économie sociale et solidaire. Toute personne qui vend ou qui achète en Sol accroit les capacités d’échange de ceux qui s’engagent à respecter les droits fondamentaux de chacun et la Nature.

Utiliser des Sols-Violette, c’est finalement faire en sorte que la monnaie cesse d’être un outil de domination et redevienne un instrument d’échange au service du bien commun. L’utilisateur/trice du Sol n’est pas seulement un-e consommateur/trice : il/elle participe à l’évolution de notre société vers plus de justice, de solidarité et de fraternité.

voir moins

Historique

Les monnaies complémentaires ont une longue histoire… Elles semblent avoir toujours été présentes en parallèle des monnaies officielles afin d’assurer l’équilibre économique. On en retrouve des traces en Égypte antique, au Moyen-âge ou plus récemment en Autriche suite à la crise de 1929. Il en existe de nos jours de tous types aux quatre coins du globe.

lire plus

Le Sol est un mouvement récent. C’est une initiative citoyenne Européenne qui prend sa source dans un travail de réflexion engagé par et autour de Patrick Viveret en 1998. Observant le développement des monnaies virtuelles, et convaincu de la nécessité de « reconsidérer la richesse », il imagine la création d’une monnaie spécifique à l’économie sociale et solidaire.

Il s’agit de changer de regard sur la richesse et sur ses facteurs et de rendre sa juste place à la monnaie afin de transformer notre économie et notre société en profondeur. Les membres du mouvement Sol proposent de lutter contre le « fétichisme monétaire » et les dérèglements de la société de marché grâce à la mise en place de nouveaux systèmes d’échanges fondés sur la coopération. Le mouvement SOL vise la réappropriation citoyenne de la monnaie. Il est soutenu par de nombreux acteurs de l’économie sociale et solidaire dont le Chèque Déjeuner, le Crédit Coopératif, la MAIF et la MACIF.

Dès 2006/2007, des citoyens s’engagent dans la mise en place de monnaie SOL dans leur bassin de vie. Les premières expérimentations ne sont pas toutes couronnées de succès mais elles permettent d’acquérir une expérience aussitôt valorisée par le mouvement.

Le projet Toulousain est issu de rencontres et de discussions entre des citoyens décidés à agir en faveur du développement de l'économie sociale et solidaire. Le projet a réellement débuté en 2009 lors d’une assemblée populaire sur les questions de monnaie et de richesses organisée dans le cadre de la Quinzaine de l’Economie Solidaire. Des groupes de discussion ont suivi dans le but de réfléchir à l’éventualité de la mise en place d’une monnaie SOL à Toulouse.

Le projet a été présenté pour la première fois en réunion plénière en 2010. Les ateliers participatifs qui ont suivis ont réunis plus de 150 citoyens, prestataires de biens et de services, professionnels de la banque, élus de collectivités territoriales et simples citoyens, intéressés à l’idée de se réapproprier la monnaie à des fins éthiques. Le collectif s’est structuré petit à petit pour aboutir à la création d’une association : le Comité Local d’Agrément Sol (CLAS). Structuré en 5 Collèges, il est conçu de manière à assurer la capacité de chacun à faire entendre sa voix au sein du collectif.

Au fil des réunions, les règles de fonctionnement du Sol-Violette ont été précisées. Les adhérents ont élaboré une charte d’agrément, décidé des modalités d’application de la fonte, choisi le montant des adhésions, imaginé l’allure des billets, spécifié les règles d’enregistrement des coupons, etc. Une étude de faisabilité a parallèlement été menée afin d’attester de la capacité du collectif à mener à bien le projet à Toulouse.

Le Sol-Violette a véritablement pris son envol après deux ans de réflexion au printemps 2011, grâce notamment au soutien financier de la Mairie de Toulouse, qui a mis à disposition de l’association l’essentiel des fonds nécessaires à son lancement et à son expérimentation (de mai à décembre).

Celle-ci s’est révélé un succès. Les citoyens se sont approprié le projet, le réseau s’est agrandi et les échanges en Sols-Violette se sont développés. D'abord mis en place dans trois quartiers de la ville (Grand Mirail, Rangueil et Centre-ville), le projet s’est peu à peu étendu à tout Toulouse puis à la région Toulousaine.

Le Sol-Violette poursuit aujourd’hui son chemin et partage l’expérience acquise avec d’autres initiatives de monnaies citoyennes en France, en Europe et dans le monde. Il lui faut désormais grandir sans perdre de vue les valeurs qui l’ont fondé, grandir en conservant cette qualité relationnelle qui en a fait la force et passer ainsi de l'expérimentation créatrice à la généralisation transformatrice.

En savoir plus : Le collectif de réalisateurs indépendants les Zooms Verts a suivi la mise en place du Sol-Violette tout au long de l’année 2011. Le film « Sol-Violette, l’éclosion d’une monnaie » est accessible en DVD sur commande et peut-être visionné gratuitement ici

voir moins
Site réalisé solidairement par Ethic&it © pour la conception et l'équipe du Sol-Violette pour l'habillage
Site optimisé pour le navigateur libre Firefox avec une résolution minimum de 992 pixels en largeur